Glossaire      Témoignages      Fantaisie      Qu'avons-nous lu ?       Conférences 

trait

Dernière mise à jour : novembre 2020

Les membres du Club des Argonautes sont pour la plupart d'anciens chercheurs et ingénieurs retraités dont le parcours permet de couvrir le champ scientifique : "océan, climat, énergie". Ils sont choisis par cooptation .

En mai 2021, le Club est composé de 20 membres actifs et 9 membre honoraire. Il compte aussi  8  membres correspondants.

Membres actifs du Club des Argonautes

François Barlier

Docteur ès Sciences, Astronome
Chevalier de la Légion d’Honneur
Ancien Directeur adjoint de l’observatoire de la Côte d’Azur et du CERGA
Ancien Directeur du Groupe de Recherches de Géodésie Spatiale 

Pierre Baüer

Ingénieur, Institut National Polytechnique de Grenoble
PhD, Université du Michigan
Physicien de l'atmosphère
Ancien directeur du Service d'aéronomie du CNRS
Ancien directeur adjoint de la recherche de Météo France

Anny Cazenave

Membre de l'Académie des sciences

Aline Chabreuil

Carrière au CNES : Direction des programmes – Domaines de l’observation de la Terre (recherche, développement des applications, mise en place de formations universitaires) et Direction de la communication – Expert national détaché auprès de la Commission européenne de 1986 à 1991.
Vice présidente de Planète Sciences.
Directrice de collection au cherche midi éditeur

Pierre Chevallier

Pierre Chevallier, né en 1953, est hydrologue, Directeur de Recherche Emérite de l'IRD, rattaché au Laboratoire HydroSciences (CNRS, IRD, Université de Montpellier). Il est Ingénieur en hydraulique (ENSEEIHT Toulouse) et Docteur en génie civil et mécanique (Université de Montpellier).

Avec plus de 40 ans d’expérience en Afrique, Amérique du Sud, Europe et Asie, y compris 14 ans d'expatriation en Afrique de l'Ouest (Mali, Burkina Faso, Côte d'Ivoire) et au Brésil, Pierre Chevallier est spécialiste des écoulements de surface. Son approche est basée sur les observations de terrain, l’analyse critique des données, la représentation de l’information spatiale et les outils de modélisation. Dans la deuxième moitié de sa carrière, Pierre Chevallier a porté un intérêt particulier aux processus de l’écoulement dans les environnements de haute montagne principalement dans les Andes (Bolivie, Chili, Pérou) et en Asie du Sud et Centrale (Inde, Kirghizistan, Népal, Ouzbékistan, Pakistan, Tadjikistan).

Pierre Chevallier a dirigé de 2003 à 2011 l'Institut Fédératif Languedocien de recherche sur l'Eau et l'Environnement (ILEE). Il a été de 2004 à 2008 vice-président du Conseil Scientifique de l’IRD et de 2010 à 2012, vice-président fondateur du Pôle de Compétitivité Mondial Eau (aujourd’hui Aqua Valley).

Yves Dandonneau

À débuté en 1967 comme océanographe biologiste à l’IRD dans l’Atlantique tropical, par l'étude de la variabilité du phytoplancton et de la productivité marine en relation avec les conditions physiques et chimiques de l’océan. S’est intéressé aux grandes échelles de cette variabilité, en mettant en œuvre dès 1977 à partir de Nouméa un programme de recherche basé sur la collecte bénévole de données (concentration en chlorophylle de l’eau de surface) par les équipages des navires de commerce.
Avec l’émergence des questions liées au changement climatique, a élargi son domaine de recherches à la biogéochimie marine et au rôle de l’océan dans le piégeage du carbone. A mis en œuvre de 1999 à 2002 un projet de collecte de données biogéochimiques par un navire de commerce sur la route maritime du Havre à Nouméa via Panama qui a débouché sur la première interprétation globale des données satellite de couleur de l’océan en terme de groupes de phytoplancton dominants.
Membre du Comité scientifique du programme international JGOFS (Joint Global Ocean Fluxes Study) et du Comité Scientifique de JGOFS – France; Directeur adjoint du LOCEAN de 2003 à 2008.

Philippe Escudier New

Ingénieur, chef de projet.
Carrière au Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) et à CLS.
Impliqué dans de nombreuses coopérations internationales (USA, Europe, Inde, Japon, Chine,...).
Collaborations avec la communauté scientifique de l'océanographie spatiale (altimétrie, modélisation physique de l'océan, couleur de l'eau, salinité, états de mer) ainsi qu'avec des chercheurs en sciences humaines.
Domaines d'expertise : mécanique spatiale, altimétrie radar, océanographie spatiale, traitement et valorisation des données.
Co-auteur avec Cathy Dubois et Michel Avignon du livre : "Observer la Terre depuis l'espace"  Enjeu des données spatiales pour la société, Collection Quai des Sciences, Dunod, 2014.
Auteur du chapitre 1 : "Satellite Rdadar Altimetry Principle, Acuracy and Precision", du livre "Satellite Altimetry over Oceans and Land Surfaces" édité par Detlef Stammer et Anny Cazenave, CRC Press, 2017.

Yves Fouquart

Ancien Professeur Université des Sciences et Techniques de Lille
Principaux domaines d'activité :

  • transfert du rayonnement dans les atmosphères planétaires,
  • étude des interactions entre absorption moléculaire et diffusion,
  • modélisation du transfert radiatif pour modèles climatiques (LMD, Météo France: ARPEGE-Climat) et de prévision du temps (CEPMMT),
  • études expérimentales (depuis satellite, depuis la surface ou in-situ) et théoriques des interactions rayonnement - nuages et de la dynamique des nuages de la couche limite planétaire et des cirrus,
  • étude expérimentale et théorique des aérosols désertiques
  • étude de l'influence climatique des aérosols

Auteur ou coauteur de 56 publications dans des revues internationales à comité de lecture, d’un livre (Le Climat de la terre aux Ed du Septentrion) et de plus de 40 communications à des congrès internationaux avec actes de colloque
Un dossier sur futura–sciences

Encadrement

  • Fondateur puis co-responsable du groupe "Climat" au LOA (8 permanents)
  • Directeur du Laboratoire d'Optique Atmosphérique (UMR 8518) 85-87 et 98 - 2002
  • Direction de 5 thèses d'Etat, 4 thèses de 3 e cycle, 4 thèses nouvelle formule, 2 HDR
Catherine Gautier
Patrick Geistdoerfer

Océanographe et officier de Marine (h), docteur ès sciences, directeur de recherche CNRS (h), a participé à de nombreux programmes de recherche français ou internationaux, a enseigné l'océanographie à l'École Navale et a dirigé le Laboratoire d'océanographie de cette école (1987-2001).
Président de la section « Navigation et océanologie » de l’Académie de Marine.
Recherches sur les grandes profondeurs océaniques et sur les flux de matière dans les océans, sur l'hydrothermalisme sous-marin ; sur les fronts océaniques et l'écosystème pélagique en liaison avec le phénomène de la bioluminescence marine et avec les propriétés dynamiques, physico-chimiques et biologiques du milieu.
Nombreuses campagnes océanographiques sur tous les océans (plus de six ans effectifs à la mer en tant qu’océanographe), avec une prédilection pour les régions froides, à bord des navires océanographiques français et étrangers. Plongées dans les océans Atlantique et Pacifique à bord des submersibles français "Cyana" et "Nautile", américain "Alvin" et japonais "Shinkai 6 500".
Publication de plus de cent quatre-vingt dix articles dans des revues françaises ou internationales, et de plusieurs livres (sur l'océanographie, la biologie marine, certains pour les enfants) dont les plus récents : La vie dans les mers (collection Que sais-je ?, PUF, 1997), Océanographie générale (InfoMer, 2002), La Mer et les océans (Collection L’Esprit des Sciences, Ellipses, 2005).
Chevalier de la Légion d’honneur, Officier de l’Ordre National et du Mérite et Officier du Mérite maritime.

Guy Jacques

Ex DR au CNRS en océanographie biologique. Spécialiste du phytoplancton et de la productivité marine. S’est intéressé aux écosystèmes pélagiques des upwellings intertropicaux, à la Méditerranée occidentale avant de lancer, en 1977, le programme français d’étude de l’océan Austral. 
Chargé de mission au CNRS, président de commissions à l’Ifremer et à l’Orstom, animateur du programme interorganismes JGOFS-France.
S’est investi depuis une quinzaine d’années dans l’information scientifique et la vulgarisation : directeur de l’IST à l’Orstom, auteur de 7 ouvrages, conférencier et organisateur de conférences. En 2005, a fondé Sciences 66, association de vulgarisation scientifique. Nommé en 2007 président de l’association ConnaiSciences qui préfigure le CCSTI Languedoc-Roussillon (Association des Centres de Culture Scientifiques, Techniques et Industriels).

Laurent Labeyrie

Docteur es Sciences, océanographe géochimiste et paléocéanographe.
Parcours professionnel :Visiting Investigator au Woods Hole Oceanographic Institution (USA), Directeur de Recherche au CNRS (Centre des Faibles Radioactivités Gif /Yvette), puis Professeur des Universités Paris-Sud Orsay (responsable du DEA Géochimie sédimentaire), Université Versaille-St Quentin (co-responsable du Master Sciences de l'Environnement, du Territoire, et de l'Economie), et membre Senior de l’Institut Universitaire de France; enseignant chercheur au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement à Gif/Yvette (Institut Pierre Simon Laplace). Professeur invité à l'Université de Bretagne Sud depuis le départ en retraite (Octobre 2009).
Distinctions scientifiques : Médaille de bronze du CNRS, Prix de la fondation Philip Morris en Climatologie, Membre de l'Academia Europa, Fellow de l'American Geophysical Union, Prix Oeschger de l’EGU et Louis D. de l’Institut, Académie des Sciences, Médaille Menley-Bendall Fondation Albert de Monaco 2004
Responsabilités scientifiques internationales: Vice président 2002-2008 du SCOR-ICSU (Scientific Committee on Ocean Research); Président du programme IMAGES (International Marine Past Global Change Studies) (IGBP-PAGES). Co-Editeur et contributeur du chapitre Océans du rapport du GIEC 2007 "Bases Physiques du Changement Climatique"
Domaine principal de recherche:
Évolution du climat et de la circulation océanique au cours des dernières centaines de milliers d'années: transferts de chaleur et cycle du carbone dans l'Océan et l'atmosphère. Impacts des changements climatiques Plus de 200 publications dans des revues à comité international de lecture.

Katia Laval

Agrégée de Physique
Docteur d’État ès Sciences Physiques.
Chevalier de la légion d’honneur
Membre de l’Académie d’Agriculture
Professeur Émérite à l’Université Pierre et Marie Curie.
En recherche :
À créé, avec Robert Sadourny et Phu Le Van, le premier modèle de Circulation Générale au Laboratoire de Météorologie Dynamique, en 1980. Responsable de la Physique.
À développé une paramétrisation de la Végétation, en collaboration avec Alain Perrier.
Ancienne Responsable du DEA « Méthodes Physiques en Télédétection¨
Ancienne Directrice de l’École Doctorale des « Sciences de l’Environnement »
Responsable de la création d’un OSU (Observatoire des Sciences de l'Univers) sous la tutelle de l’Université Pierre et Marie Curie : l’OSU «Ecce Terra».
Anciennement, chargée de cours à l’École Polytechnique.
Livre : Auteur avec Guy Laval de « Incertitudes sur le climat ». Editions Belin. 2013.

Dominique Marbouty

Dominique Marbouty est Ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts honoraire depuis le 1er janvier 2019. Il était avant cette date membre permanent du Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable (CGEDD) depuis septembre 2011. Il était également jusqu’à la même date le coordonnateur interministériel Copernicus, fonction exercée au sein du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche depuis 2013.
Dominique Marbouty était précédemment directeur général du Centre Européen de Prévision Météorologique à Moyen Terme (ECMWF, Reading, Royaume-Uni) depuis 2004. Il était auparavant directeur des opérations du même centre depuis 1999. Toute la première partie de sa carrière s’est déroulée au sein de Météo-France dont il a été directeur général adjoint de 1992 à 1998, s’occupant successivement des opérations, de la stratégie et enfin des développements et des services régionaux.
Dominique Marbouty est actuellement président du Comité de Dialogue Radiofréquences de l’Anses et vice-président de Météo et Climat, Société Météorologique de France. Il est également membre et fellow de l’American Meteorological Society (USA). Il a été président de la Société météorologique européenne. Il est chevalier de la légion d’honneur.Jean-François Minster

Erik Orsenna

Membre de l'Académie française

Jean Pailleux

Ancien élève de l'Ecole Polytechnique (X69).
Ingénieur de la Météorologie.
Ancien chef de la section “Assimilation de données” au CEPMMT (Centre Européen de Prévision Météorologique à Moyen Terme – Reading - Royaume-Uni).
Ancien responsable des recherches et développements en PNT (Prévision Numérique du Temps) à Météo-France.
Adjoint scientifique au directeur de la recherche de Météo-France de 2004 à 2009.
Actions d'expertise diverses auprès de l'OMM (Organisation Météorologique Mondiale), de l'ESA, d''EUMETSAT, d'EUMETNET et du ministère (français) de la recherche.

Bernard Pouyaud

Bernard Pouyaud, ingénieur hydraulicien et docteur es Sciences, a conduit la totalité de son parcours professionnel d’hydro-glaciologue à l’IRD (ex ORSTOM), où il fut recruté en 1966. Ses principaux sujets de recherches portent initialement sur l’hydrologie sub-saharienne, d’abord en Afrique centrale (Gabon, Congo, Tchad), puis en Afrique de l’ouest (Burkina, Côte d’Ivoire, …). La grande sécheresse africaine, débutée en 1972-73, le confronte très rapidement aux conséquences dramatiques de ce qui n’était pas encore nommé le « changement climatique », thématique scientifique qui allait devenir sa spécialité.
Après 10 années (1984-94) passées en France comme directeur du laboratoire d’hydrologie, héritier de l’ancien Service Hydrologique de l’ORSTOM, puis comme directeur délégué, chef du département des Eaux Continentales qu’il créa en 1987, émaillées de multiples missions à l’étranger comme expert international, il repart fin 1994 en affectation sur le terrain en Amérique latine (Bolivie, Pérou, Chili,…) comme représentant de l’ORSTOM/IRD, mais surtout comme hydro-glaciologue en charge d’un programme sur les glaciers tropicaux, considérés comme d’extraordinaires marqueurs du changement climatique, mais aussi comme pourvoyeurs prodigues de l’essentiel des ressources en eau de la cordillère des Andes. Avec son complice Bernard Francou, ils y seront les initiateurs et responsables des grands carottages andins de très haute altitude, réalisés entre 1997 et 2007, sur les principaux sommets de plus de 6000 m (Sajama, Tapado, Illimani, Chimborazo, Coropuna, San Valentin…).
Au long de ces 40 années, il s’intéresse particulièrement à la valorisation économique et scientifique de la Recherche, notamment comme administrateur unique du GIE Hydroconsult International constitué entre l’ORSTOM et EDF en 1992, ou plus récemment comme président de l’association VERSeau qui héberge le Cluster EAU en Languedoc-Roussillon, avant peut-être un pôle de compétitivité. Il participe, comme conseiller scientifique, à plusieurs films de vulgarisation scientifique, notamment ceux réalisés pour France 5 par le réalisateur Patrice Desenne (Cordillère Blanche, les rivières de glace, 2004 ; Chercheurs de Climats, 2008).
Devenu, à sa retraite, directeur émérite de recherche en 2008, Bernard Pouyaud relève actuellement de l’UMR HSM de la Maison des Sciences de l’Eau à Montpellier. Il est membre du Club des Argonautes et maire-adjoint de la commune de Pérols sur Vézère en Corrèze.

Jacques Ruer

Ingénieur Ecole Centrale Paris
Carrière dans la R&D industrielle, notamment dans le domaine de l’offshore pétrolier et dans les énergies marines.
Eolien offshore : études d’implantation d’éoliennes offshore fixes. Projets d’éoliennes flottantes
Hydroliennes : projet Sabella
Energie des vagues : études pour le projet SEAREV dans sa forme initiale
Energie thermique des mers : études de faisabilité pour des usines offshore
Développement d’un nouveau procédé de stockage d’énergie de masse.
Participation à un programme d’étude Européen sur les réacteurs nucléaires à haute température.
Publications sur l’éolien offshore, l’hydrolien, le stockage d’énergie.
Auteur de nombreux brevets dans les énergies marines et le stockage de masse d’électricité.
Chargé de conférences dans plusieurs écoles d’ingénieur.

Olivier Talagrand

Docteur ès-Sciences
Directeur de Recherche Émérite, CNRS
Intérêts scientifiques ;
Modélisation numérique de la circulation des atmosphères de la Terre et des planètes.
Particulièrement :
Nombreux travaux, menés pour beaucoup en collaboration avec Météo-France et le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), sur la prévision météorologique numérique, et plus spécialement sur l’assimilation des observations et la prévisibilité de l’écoulement atmosphérique. Développement de méthodes d’assimilation variationnelle fondées sur les outils puissants que fournit la théorie de l’optimisation (équations adjointes particulièrement).
Développement d’un groupe de recherche sur l’étude et la modélisation numérique de la circulation
des atmosphères planétaires.

Raymond Zaharia

Ingénieur opticien (1963); Licencié en Sciences Physiques (1965). 25 ans de carrière dans le secteur spatial, notamment l'Observation de la Terre depuis l'espace: des premières études des satellites SPOT a... l'océanographie spatiale, née avec le "couple magique" TOPEX-Poseidon + ERS-1, suivis de Jason-1 + Envisat. 

1973 : Responsable R & D en Instrumentation Optique au CNES,
1977 : Représentant Français au Comité Administratif et Financier de l'ESA et au Conseil Directeur du Programme Ariane,
1984 : Participation au démarrage de SPOT Image,
1988 : Directeur Commercial de Quantel, lasers de puissance à usage industriel ou scientifique,
1995-1999 : Responsable de programme océanographie spatiale au CNES. Participation au lancement des programmes JasonEnvisatChamp,Mercator, GODAE, & Argo.
2001 -2003 : Participation à l'évaluation contradictoire de propositions de recherches soumises au 6ième PCRD
Fall 2016 : Creating a comprehensive list of non technical obstacles to Climate Change attenuation.

Madeleine Zaharia

Webmaster

 


Membres honoraires du Club des Argonautes

Bruno Voituriez

Océanographe Physicien, Docteur ès Sciences, a dirigé des programmes de recherches à l'ORSTOM (actuel IRD) et à l'IFREMER et a participé à de nombreux comités internationaux (OMM, COI, CNES.....). 
A travaillé sur les mécanismes physiques qui contrôlent la productivité des écosystèmes océaniques tropicaux. Depuis les moins productifs au centre des circulations anticycloniques subtropicales abusivement qualifiées parfois de "déserts océaniques" (Sainte Hélène) jusqu'aux plus riches comme les upwellings côtiers de l'Afrique Nord Ouest (Mauritanie, Sénégal) en passant par les divergences équatoriales du Pacifique et de l'Atlantique. Le lien avec la problématique climatique s'est fait naturellement à travers le cycle du carbone dont les écosystèmes océaniques tropicaux sont des acteurs importants notamment les upwellings qui en dépit d'une production primaire importante sont des sources de CO2 pour l'atmosphère.
Film CNRS (Extrait) "El Nino, A la recherche du temps futur" avec Jacques Testut. 1995

Deux livres :
Les humeurs de l'océan - 2003
Le Gulf Stream - 2006
Deux dossiers Futura Science : Le Gulf Stream peut-il s'arrêter ?La révolution océanographique : les satellites et l'ordinateur

1970 : Responsable des programmes de recherche ORSTOM dans l’Atlantique à Abidjan 
1980 et 1990 : Directeur d'objectif: Programme Géosphère Biosphère de l'IFREmer
1985 - 1992 : Coordinateur national des programmes internationaux TOGA (Tropical Ocean and Global Atmosphere) et WOCE (World Ocean Circulation Experiment) ,composantes  océanographiques du Programme Mondial de Recherche sur le Climat
1994 - 1998 : Directeur Délégué chef du Département Terre-Océan-Atmosphère de l'ORSTOM.
1992 - 1997 : Président du Comité National Français pour la COI (Commission Océanographique Intergouvernementale de l'UNESCO).

Jacques Merle

Docteur ès Sciences physiques
Officier Ordre National du Mérite
Ancien Directeur de Recherche IRD Océanographie physique
Ancien Directeur Département Milieux Environnement de l’IRD 

Anny Cazenave

Membre de l'Académie des sciences

Michel Gauthier † le 10 juin 2016

Ingénieur des Arts et Métiers, 
Master of Sciences USA
Officier ONM
Ingénieur INSTN Saclay et à EURATOM
Ingénieur au Centre National d'Études Spatiales 
Ingénieur à IFREMER

José Gonella 

Ancien élève de l’École Polytechnique 
Chevalier ONM 
Professeur d’Océanographie physique Au Muséum National d’Histoire Naturelle
Ancien Directeur de Laboratoire au Muséum
Ancien Directeur de Recherche CNRS
Ancien chercheur DGRST
Membre du « Conseil Scientifique de Défense » du Ministère de la Défense de 1986 à 1988.

Voir sa carrière publiée dans l'ouvrage : «Du Jardin au Muséum en 516 biographies» (choisir la page des noms commençant par G et faire défiler jusqu’à Gonella)

ou voir l'extrait de la partie concernant José Gonella au format pdf : Biographie José Gonella

Jean-Paul Guinard † le 29 avril 2017

Ingénieur ENSM et ESE Ingénieur généraliste (Systèmes électronico-mécaniques)
Chevalier ONM
Ancien Directeur de la Division «Systèmes et projets satellites» au CNES (années 60)
Ancien Directeur de l’Ingénierie/Technologie à Ifremer (années 80)
Ancien D. G. de Techmation SA, Sté de distribution d’instruments scientifiques

Jean Labrousse † le 9 juillet 2011

Ingénieur de la Météorologie
Officier LH
Ancien directeur du Centre Européen de Prévisions Météorologiques à Moyen Terme, 
Ancien directeur de la Météorologie Nationale (maintenant Météo France),
Ancien directeur du programme Recherche et Développement de l'OMM, 
Ancien chef du Département Terre Océan Espace Environnement au ministère de la Recherche et de la Technologie...

Michel Lefebvre † le 21 juillet 2019

Capitaine au Long Cours, Licencié en Sciences physiques, successivement, officier navigant, astronome et géodésien, 34 ans de recherche spatiale au CNES,
Connaissance de la Terre et de sa dynamique à toutes échelles d'espace et de temps, qu'il s’agisse de la terre solide, de la dynamique des océans ou des glaces polaires, ainsi que pour le partage des connaissances entre organismes et chercheurs d'horizon divers. Une vision et une volonté partagée née dans le sillage de la réunion de Williamstown ont fondé la démarche pour faire naître, puis faire connaître, les potentialités de l'altimétrie radar des océans. L'étape suivante a été l'ouverture à d'autres classes d'utilisateurs, à d’autres organismes, et à des programmes communs à plusieurs disciplines différentes, géophysique, océanographie physique, géodésie, planétologie, hydrologie, glaciologie.1951 : Capitaine au long cours, navigant
1960 : Observatoire de Paris
1963 : Ingénieur chercheur au CNES
 Responsable du département Géodésie spatiale à la création du Groupe de Recherches de Géodésie Spatiale (GRGS)
Responsable scientifique de la mission franco-américaine Topex-Poséidon
Un des fondateurs de Mercator Océan

Michel Petit † le 9 septembre 2019

Ingénieur Général des Télécommunications
Officier LH et commandeur ONM
Officier des Arts et Lettres
Ancien Directeur de l’INSU
Ancien Délégué Général à l’Espace
Ancien Directeur de la Recherche, des affaires Économiques et Internationales, au ministère de l’Environnement.
Ancien Directeur du Centre de Recherches de l’École Polytechnique
Ancien membre du Bureau du GIEC



Le Club des Argonautes compte aussi des "Correspondants". Il s'agit de personnes en activité ayant manifesté un intérêt particulier pour les questions débattues au sein du Club. Leur nombre est limité, ils sont cooptés par les membres du Club après présentation de leurs centres d'intérêt et discussions. Ces correspondants peuvent, chacun dans leur domaine nous apporter des informations, contribuer aux débats.

Ils peuvent également diffuser les informations publiées par le Club, enrichir notre site internet par des articles, des news ou des FAQ.La richesse des échanges entre membres du Club et correspondants dans différents secteurs, notamment l'énergie thermique des mers, montre tout l'intérêt de cette possibilité d'interaction entre membres du Club et collègues en activité.

Actuellement, le nombre des correspondants est de 8.

Membres correspondants

Christophe Agnus, Ancien journaliste, créateur du magazine Nautilus, Président et créateur de la Société Elteg

Matthieu Hoarau, Ancien de l'ARER, responsable Commercial et marketing incubateur énergies marines à DCNS

Erick Lansard, Directeur du centre de recherche de Thales à Palaiseau

David Levrat, ingénieur, auteur d'un mémoire de find'études sur l'énergie thermique des mers.

Gérard Nihous, University of Hawaii, spécialiste des énergies marines, a travaillé notamment sur l'énergie thermique des mers

Claire Périgaud, précédemment océanographe au JPL, actuellement, "independant scientist" 

Alain Servigne, ancien de la chaîne Météo

David Wary, consultant, Odewa (Ocean and deep water engineeering), a participé à l'installation d'un système de climatisation par l'Exemple de climatisation par l'eau froide profonde.

 
Anny Cazenave

Membre de l'Académie des sciences

"La performance est de moins en moins la somme des opérations individuelles et de leur efficacité. Elle dépend surtout d'aspects systémiques et des relations entre individus... Ce n'est pas la somme du travail des individus qui compte, mais la qualité et la pertinence des communications nouées autour du système productif"

Pierre Veltz, Le Nouveau Monde Industriel, Gallimard

En se réunissant - en Avril 2003 - pour créer un nouveau système productif, appliqué à résoudre des problèmes actuels et futurs, les membres du Club ont voulu appliquer les méthodes qui les ont conduit au succès collectif et les ont rapprochés au cours de leur vie professionnelle.

Le fonctionnement du Club est fondé sur le volontariat de ses membres; ceux-ci  sont choisis par cooptation.

Les membres du Club se réunissent chaque mois pour échanges d’informations, "brainstorming" et émission éventuelle d'avis. Chaque membre prend à sa charge ses propres frais (qui peuvent être élevés pour ceux qui se déplacent de province).

A partir des informations recueillies, le secrétaire et divers "rédacteurs en chef"  animent et supervisent la rédaction des pages du présent site Web.

D'autres actions sont réalisées au nom du Club.

Les avis du Club doivent être considérés comme engageant chacun de ses membres; n'ayant pas la personnalité juridique, il ne peut être saisi ni ester en justice.

Notre démarche sera-elle couronnée de succès? Il est évidemment trop tôt pour le dire, cela dépendra d'un jugement multicritères... mais en tout cas, trois points sont déjà positifs :

  • un esprit de grande convivialité anime les relations entre membres,

  • on constate une grande assiduité aux réunions 

  • un travail sérieux a été entrepris dans plusieurs domaines...

En septembre 2004, le Club des Argonautes s'est constitué en Association régie par la loi du 1er juillet 1901. Voir les statuts.

Mars 2007 - Révisé Décembre 2018

Depuis Avril 2003, le Club des Argonautes rassemble d'anciens chercheurs et ingénieurs ayant fait leur carrière dans des organismes comme l’IRD, l’IFREMER, Météo France, le CNES, le CNRS, et le MNHN… La complémentarité des parcours de ses membres permet au Club de couvrir le champ scientifique "Océan, Climat, Énergie", ainsi que les relations sur chacun des côtés de ce domaine triangulaire. 

L'action du Club se situe résolument à la transition entre Science et Société. Les membres du Club se réunissent une fois par mois et poursuivent leurs débats par courrier et internet. En effet, avant d’être rendu public, le point de vue du Club sur telle ou telle question est débattu, jusqu'à obtention d’un certain degré de consensus. En pratique, le Club s'adresse à un large public intéressé par tout ce qui concerne notre planète. Il vise tout particulièrement les scolaires, les étudiants, les universitaires, mais aussi la presse et les politiques. Son site Web est conçu de manière à susciter une prise de conscience de notre condition commune de Géonautes, c. à d. d’êtres humains embarqués sur un navire unique et irremplaçable qu’il s’agit de mener à bon port... Les membres du Club sont tous retraités et leur nombre est limité à une vingtaine, deux choix qui autorisent liberté de jugement et liberté d'expression, notamment sur les questions, (parfois brûlantes…), que soulève l'étude du "triangle magique" Océan, Climat, Énergie ! 

Les "Argonautes" mettent en commun des savoirs autrefois dispersés entre disciplines plus ou moins cloisonnées: lorsqu’il y a convergence de leur analyse, (par exemple sur les défis que l’espèce humaine a, et aura, à surmonter), ils s’attachent à la rendre publique, dans la mesure où son originalité peut éclairer des choix plus conformes à l’intérêt général. Le contact avec le monde scientifique, (et plus largement avec "la profession", sachant qu’il s’agit souvent de nouveaux métiers…), est maintenu de diverses façons: participation à des colloques spécialisés, invitation, lors d’une réunion du Club, de chercheurs en activité, et mise en œuvre d’un statut de Membre Correspondant (ouvert aux… "actifs"!). Les principaux "messages" que le Club s’efforce de diffuser, sur son site Web, ou lors de conférences publiques, ou enfin, par des articles et ouvrages collectifs, sont les suivants:

  • La nécessité d’instaurer, à l'instar de ce qui existe pour l'atmosphère avec la Veille Météorologique Mondiale, une Veille Mondiale Océans et Climat, pour garantir la continuité des observations et mesures océaniques, sources uniques de notre savoir et outils indispensables d'une prévision climatique. Comme pour la météo, une série d’accords intergouvernementaux, (valant engagement pour des organismes nationaux, ou locaux, ad hoc), pourrait être le moyen de cette politique, visant une véritable synergie, (plutôt qu’une transition), entre recherche et applications.

  • La nécessité s’agissant de questions à la fois complexes et vitales, de diffuser des messages pédagogiques d’une grande rigueur scientifique. En effet les informations sur le « Changement Climatique » diffusées par les médias sont parfois incomplètes et approximatives. Le Club se doit de participer à cette prise de conscience collective en apportant un éclairage objectif et une explication claire sur les résultats actuels de la recherche, et les différents scénarios possibles selon la plus ou moins grande sagesse des Géonautes. 

  • La nécessité de reconnaître le rôle de l’océan, vaste réservoir d’énergie : il absorbe environ mille fois plus de chaleur que l’atmosphère: son réchauffement moyen depuis 50 ans, (il ne s’agit bien sur que d’un indicateur masquant la structure thermique complexe de l’océan !), est d’un peu plus de 3 centièmes de degré… Cela correspond à quelques 500 fois la consommation mondiale 2001 d’énergie primaire ! Dans la bande inter-tropicale, la quantité d’énergie qui pénètre chaque année dans l’océan, constitue une ressource renouvelable, non intermittente, longtemps ignorée par l’Europe… qui possède pourtant la seconde plus vaste ZEE, avec des milliers de km2 où le gradient thermique entre eau de surface et eau profonde dépasse 20°!  En bref, nous négligions une ENR, (Énergie Nouvelle Renouvelable), que les spécialistes appellent Énergie Thermique des Mers, ou ETM. Le Club a estimé le potentiel théoriquement exploitable (dans des conditions qui ne perturbent pas de façon durable la structure thermique des zones exploitées); il est considérable, puisque les combustibles de synthèse qui pourraient être ainsi réalisés permettraient de satisfaire la demande électrique mondiale prévue pour 2030 !  

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, les diverses questions évoquées rapidement ci-dessus sont traitées sous leurs différents aspects sur ce site Web.

 

Le Club vise plusieurs objectifs:

Témoigner de recherches qui ont mené à notre compréhension actuelle des mécanismes en cause dans l'évolution des Climats.

Faire entendre une voix autorisée, désintéressée et compréhensible dans le débat actuel sur l'avenir des climats en faisant une analyse critique des résultats scientifiques publiés à travers le monde.

Faire connaître et éventuellement contribuer à promouvoir des solutions techniques aux problèmes posés par le réchauffement climatique.